Ecoles alternatives : les différentes pédagogies pratiquées

Ecoles alternatives : les différentes pédagogies pratiquées

Beaucoup d’écoles alternatives voient le jour ces derniers temps. Les écoles hors contrat scolarisent aujourd’hui 73 000 élèves du primaire au secondaire, et leur nombre a été multiplié par quatre en 7 ans. Et si chacune a ses propres spécificités, beaucoup reposent sur les mêmes pédagogies ou sur un mélange de différentes pédagogies connues. Je vous propose dans cet article de faire un inventaire non-exhaustif des pédagogies qui existent et d’en expliquer les particularités. Ainsi si vous souhaitez que votre enfant suive une pédagogie qui favorise son épanouissement, vous aurez le choix !

La pédagogie Montessori

La plus connue des pédagogies alternatives, la pédagogie Montessori, qui est très à la mode depuis quelques années, a vu le jour entre la fin du XIXème siècle et le début du XXème. Elle repose sur les recherches de Maria Montessori, médecin et pédagogue italienne. Celle-ci a fait de nombreuses observations visant à démontrer que l’environnement dans lequel évoluait l’enfant était primordial pour son développement. Ainsi, il faut mettre à disposition des enfants un environnement sobre et des jouets adaptés. Les matériaux naturels comme le bois sont alors privilégiés.

La pédagogie Montessori est une pédagogie individualisée qui consiste à prendre en compte le rythme de l’enfant, ses forces et ses faiblesses pour l’accompagner dans son développement. Le but de cette pédagogie est d’avoir un accompagnement global qui permette à l’enfant de se construire pleinement. C’est ici l’école qui s’adapte à chaque enfant, et non pas l’enfant qui doit s’adapter à l’école comme ce qui est pratiqué au sein de la plupart des écoles en France.

Fondée sur la confiance en soi, elle met en avant l’autonomie des enfants. Le rôle du maître est un rôle de facilitateur et d’animateur. Celui-ci accompagne simplement les enfants dans leurs activités. Et les enfants de différents âges sont mélangés. Les plus grands ayant pour rôle d’aider les plus petits.

Cette pédagogie est réservée aux maternelles et aux primaires.

La pédagogie Steiner-Waldorf

La méthode Steiner-Waldorf, comme la méthode Montessori, repose sur un apprentissage au rythme de l’enfant mais il existe de nombreuses différences entre ces deux pédagogies. Elle est née de l’intellectuel Rudolf Steiner (1861-1925) qui fût rédacteur, écrivain et conférencier. Dans cette pédagogie, aucune leçon d’apprentissage académique n’est donnée avant l’âge de sept ans. Avant cet âge, les enfants vivent, tout simplement. Ils jouent, célèbrent des fêtes, écoutent des histoires, etc. L’imaginaire y tient un rôle prépondérant.

Le rôle du maître est plus traditionnel que pour la méthode Montessori. En effet, celui-ci a un rôle d’adulte qui va expliquer aux enfants ce qu’il faut faire. A la différence de Montessori, les enfants sont regroupés par tranches d’âge identiques. L’art y tient un rôle important allant même jusqu’à entrer dans l’enseignement académique proposé. Les leçons se font uniquement à l’oral. Mais cette méthode est parfois critiquée pour le manque de formation de ses instituteurs.

Cette pédagogie est applicable à tous les niveaux de la maternelle au lycée.

La pédagogie Freinet

Plus adaptée à l’école primaire, la pédagogie Freinet part du principe que le travail est naturel à l’enfant. Elle repose sur le « tâtonnement expérimental » et l’expression libre de l’enfant. Les enfants sont ainsi invités à expérimenter, à émettre des hypothèses et à s’exprimer par n’importe quel moyen. Cela peut passer par l’oral, mais aussi par des moyens moins traditionnels comme le dessin ou l’usage d’un journal scolaire.

Cette pédagogie a été mise au point par l’instituteur Célestin Freinet suite à une blessure de guerre pendant la guerre 14-18 qui lui rendait difficile l’usage de la parole. Il a alors l’idée de modifier l’enseignement en remplaçant les grands discours par de l’expérimentation. Ainsi les enfants sont invités à découvrir par eux-mêmes les différentes choses à apprendre, ce qui les pousse à se passionner et à mieux retenir ce qu’ils font. En essayant, en se trompant puis en réessayant, l’enfant apprend !

Par ailleurs, l’élève a un rôle prépondérant et actif dans le pilotage de son travail. Cette pédagogie repose sur un plan de travail pour chaque enfant, d’où le nom qu’on lui donne de pédagogie « différenciée ».

Elle est applicable à tous les niveaux de la maternelle au lycée.

La pédagogie par la nature

Bien moins connue que les pédagogies citées ci-dessus, la pédagogie par la nature n’en a pas moins sa place dans certaines écoles de France ou d’ailleurs. C’est une pédagogie qui met la nature au cœur de l’apprentissage. En Europe, elle a connue un véritable essor en Scandinavie aux alentours des années 50.

Elle consiste à donner cours en plein air, et donc à se passer du cadre formel d’une salle de classe entre quatre murs. L’enfant est alors considéré comme un individu à part entière. On la retrouve principalement pour les maternelles mais aussi pour les écoles primaires

Enfin, il existe de nombreuses pédagogies dites « maisons » qui sont propres à chaque école et sont plus ou moins inspirées des pédagogies citées ci-dessus. On y retrouve souvent les mêmes valeurs, visant bien souvent à développer le potentiel de l’enfant et sa confiance en soi. Si ces pédagogies inspirent parfois l’Education Nationale, elles sont encore bien marginales en son sein mais bien présentes dans de nombreuses écoles hors contrat.

Caroline Potier Martini

A propos des Décliques

Fini les écrans, les enfants se reconnectent à la nature ! Découvrez les forest schools des petits citadins avec Les Décliques. Une fois par semaine, les enfants de 6 à 11 ans vivent une escapade inoubliable dans le coin de verdure de leur quartier.

Intéressé.e par nos activités en plein air ?

Laissez-nous vos coordonnées et on vous recontacte

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Laisser un commentaire