Crystèle Ferjou, pionnière de l’école du dehors en France

Crystèle Ferjou, pionnière de l’école du dehors en France

C’est un mercredi matin comme les autres, sauf qu’aujourd’hui j’ai le grand honneur d’échanger avec Crystèle Ferjou, pionnière de l’école du dehors en France. Depuis que je me renseigne sur le sujet, j’ai croisé son nom à plusieurs reprises dans divers articles dans lesquels elle vulgarise cette pratique. C’est donc avec un grand plaisir que j’écris ces quelques lignes à son sujet.

Sa découverte de l'école en pein air

Sa première expérience d’école en pleine nature remonte à 2010. Alors enseignante à Pompaire, elle emmène toutes les semaines ses élèves dans un terrain vague à proximité de l’école mis à disposition par la mairie. Loin du lieu de nature idéal qu’on peut imaginer pour une telle expérience, ce terrain vague offre pourtant tout ce dont on a besoin pour enseigner autrement. Très vite ses élèves se libèrent et profitent de tous les bienfaits de ce petit bout de nature. Inspirée par Sarah Wauquiez et son livre Les enfants des bois, Crystèle est très vite conquise par le concept d’école dehors. Et après quelques mois, au vu des progrès observés auprès de ses élèves, elle n’en démord plus, la nature doit vraiment reprendre une place centrale dans l’éducation. Pendant plusieurs années, elle a continué à faire classe à l’air libre une fois par semaine, entraînant au fil des années tous les instituteurs de l’école avec elle. Elle n’est plus aujourd’hui institutrice mais toute l’école a repris le flambeau !

La classe dehors

Faire la classe dehors, qu’est ce que c’est exactement ? D’après elle, « c’est une pratique qui se déroule de manière régulière dans un espace en plein air dans un endroit où les enfants ont accès aux différents éléments naturels. » L’accès à la nature permet un bon développement de l’enfant, il permet aussi d’améliorer sa santé physique et mentale. L’exercice physique en plein air diminue entre autres l’obésité, le diabète, mais aussi le stress et la dépression.

Mais bien plus que ces bienfaits sur la santé des enfants, on observe aussi de nets progrès concernant leur développement. C’est par exemple le cas de cette petite fille, Coline, qui s’est libérée après une année de séances régulières en extérieur alors qu’elle était très renfermée dans la classe. Elle a commencé par reconnaître le jardin, s’y est adaptée petit à petit. Puis à récolter des framboises, faire des bouquets et des couronnes pour elle et ses copains. Elle ose maintenant aller vers les autres, et depuis peu elle a même cessé d’amener son doudou à l’école, ce qui était inconcevable il y a encore quelques mois. Loin d’être un cas isolé, cette petite fille montre que l’école en plein air peut libérer les enfants qui ne seraient pas à leur place en salle de classe. En étant dehors, on se libère de sa posture d’élève et on perd l’étiquette du bon comme du mauvais élève, ce qui remet tout le monde sur un pied d’égalité.

La pédagogie par la nature

Équipée seulement d’un petit chariot contenant quelques équipements de jardinage, ses matinées en extérieur se passent sous le signe de la pédagogie par la nature. Celle-ci repose sur le fait que c’est par les éléments naturels qu’on apprend, au contact de la terre, en se mouvant dans un environnement riche, en sautant dans les flaques de boue, en escaladant des rondins de bois, en collectionnant les feuilles mortes… On apprend par l’expérimentation, à son rythme. Cette pédagogie s’est d’abord développée dans les pays scandinaves avant de s’étendre en Suisse, Allemagne, Belgique, Espagne et maintenant petit à petit en France. Loin d’être nouvelle, elle existe au Danemark depuis les années 50 avec les fameuses forest schools. Mais en France, cela fait seulement quelques années qu’elle commence à apparaître dans les écoles. Ce retard tend aujourd’hui à se réduire bien heureusement.

Les prochaines étapes

Aujourd’hui conseillère pédagogique départementale spécialisé en arts-plastiques, Crystèle Ferjou accompagne les pratiques régulières de classe dehors. Engagée également dans le monde associatif, elle propose des formations via le réseau GRAINE Poitou Charentes, dédié à l’éducation à l’environnement. Elle est également co-auteure du livre Emmenez les enfants dehors avec Moïna Fauchier-Delavigne. 

Suite à la crise du Covid, les mentalités commencent à changer au sein même de l’Education Nationale. C’est ainsi qu’elle s’est vue confier une mission pour coordonner un groupe départemental sur l’école dehors. « L’organisation de la classe à l’air libre est maintenant une possibilité encouragée« . C’est en ces termes que la classe à l’air libre a fait son entrée dans le protocole sanitaire de juin 2020 ! Et c’est ainsi que tous les instituteurs voulant se lancer dans l’aventure savent qu’ils sont maintenant soutenus par l’Education Nationale, même s’il persiste encore beaucoup de freins localement.

Cela laisse présager de beaux jours pour la classe dehors en France ! L’avenir nous dira si nous serons à la hauteur sur ces sujets pour nos enfants.

Caroline Martini

A propos des Décliques

Fini les écrans, les enfants se reconnectent à la nature ! Découvrez les forest schools des petits citadins avec Les Décliques. Une fois par semaine, les enfants de 6 à 11 ans vivent une escapade inoubliable dans le coin de verdure de leur quartier.

Intéressé.e par nos activités en plein air ?

Laissez-nous vos coordonnées et on vous recontacte

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Laisser un commentaire